PRESENTATION

frères Lumière, La Phot' à Louis, Baptiste Pelletier, photographe Angers

Pourquoi c’est « LA PHOT’ A LOUIS » ? Pour comprendre, un peu d’histoire…

Il s'agit tout d’abord, de reprendre la célèbre expression « C’est la faute à Voltaire ! », accusant ce philosophe des Lumières d’être responsable de la Révolution. Au XVIIIe siècle, VOLTAIRE critique la noblesse, et notamment à travers son conte philosophique "Candide ou l’optimisme", en valorisant ce que l’on pourrait appeler le travail ordinaire. Il termine cette œuvre sur la célèbre morale : « il faut cultiver notre jardin ». Ici, il montre que l’on a tous un don, un talent (un « jardin » à cultiver), et qu’il faut l'exploiter, le développer et en faire pleinement usage. Plusieurs personnages du conte s'accomplissent à travers le travail et y retrouvent leur dignité.

Aujourd'hui, afin de « cultiver votre jardin », de vous construire et de vous épanouir dans votre travail, LA PHOT’ A LOUIS vous propose des portraits professionnels, des reportages d’entreprises, et cherche avant tout à mettre en Lumière le meilleur de vous-même. En vous photographiant, je cherche à mettre en valeur ce potentiel, à flatter votre estime, à ranimer votre confiance, à l’image de votre chemin parcouru.
Donc, « C’est la faute à Voltaire ! ».     
                                                                                    
Par ailleurs, au siècle suivant, VICTOR HUGO a repris cette expression dans Les Misérables. Qui ne connait pas la chanson de Gavroche

« Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire, le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau » !


Alors pourquoi « Louis » ?  (oui, parce que moi c’est Baptiste !)                                                  

Et savez-vous justement quel célèbre Louis a habité en face de la maison natale de VICTOR HUGO ?  LOUIS LUMIÈRE !                   La famille Lumière a joué un rôle décisif dans la photographie et le film. J’aurai tout aussi pu choisir Antoine, le père, célèbre photographe de portrait, ou encore Auguste, le frère, qui inventa avec Louis, un appareil de prise de vues photographiques animées et de projection, le Cinématographe. 
Bref, c’est de leur faute, ou plutôt grâce aux
frères Lumière si la photographie existe !

« La Phot’ à Louis », une idée décidément… Lumineuse !
Mais comment est-elle née ?                                                                                

Je devais avoir dix ans quand la photographie m’a piqué. Je n’aimais pas vraiment regarder la télévision, jusqu’au jour où j’ai découvert le bouton magique de la télécommande « ARRÊT SUR IMAGE ». Vous n’imaginerez même pas ce qui s’est passé en moi quand je l’ai découvert. Je n’avais pas encore d’appareil photo et pourtant j’avais déjà la possibilité de prendre un nombre incalculable de clichés. Ce n’était que des images instantanées et je me contentais des cadrages que les publicités et autres films me proposaient. La règle du jeu était fixée : saisir les meilleurs moments graphiques et expressions de visage quand les images défilaient à l’écran. Du haut de mes 10 ans, j’étais déjà dans l’ère du numérique, tandis que le bouton de la télécommande familiale débutait lui, son inexorable décomposition.                                                                                                                            

La Phot' à Louis, Baptiste Pelletier, photographe Angers, auto-portrait

Baptiste Pelletier, photographe, portraitiste.